Jusqu'où va la liberté religieuse au travail ?

Paru le 25 novembre 2016 dans 24 heures par Marianne Favre Moreillon

La liberté religieuse est un droit garanti à toute personne. Jeûne, port du voile, signes ostentatoires, absences-prières … Quand l’employeur peut-il dire stop ?

Droit fondamental
La liberté religieuse est un droit fondamental garanti par la Constitution fédérale. Toute personne est libre de choisir sa religion, de se joindre à des communautés religieuses, d’adhérer à des codes vestimentaires particuliers, de croire ou de ne pas croire.

Religion et travail
L’une des obligations principales de l’employeur consiste à protéger la personnalité et la santé du collaborateur. La liberté religieuse est un aspect de la personnalité. En principe, l’employeur a non seulement l’obligation de respecter les croyances religieuses du collaborateur, mais doit également protéger celui-ci des atteintes de tiers non croyants.
La liberté religieuse n’est toutefois pas absolue. Le collaborateur est soumis au respect du devoir de diligence et de fidélité à l’égard de l’employeur. Ce devoir lui impose de sauvegarder les intérêts légitimes de l’entreprise et de respecter les directives et instructions établies par l’employeur. En cas de conflit entre les convictions religieuses d’un collaborateur et les intérêts légitimes de l’employeur, le devoir de fidélité prime sur la liberté religieuse.

Où sont les limites ?
Dès l’instant où le travail d’un collaborateur est compromis par ses pratiques religieuses, l’employeur peut s’y opposer. Il en va par exemple du collaborateur qui s’absente régulièrement pour prier, entraînant des perturbations dans le fonctionnement de l’entreprise.
L’employeur peut également s’opposer aux pratiques religieuses, notamment au port du voile, lorsqu’il en va de l’image de l’entreprise. Ceci surtout lorsque la collaboratrice entretient des contacts directs avec des tiers. L’employeur peut alors la contraindre à retirer le voile durant son activité professionnelle.
Attention, si le collaborateur se met en danger en raison d’une pratique religieuse, l’employeur a l’obligation de l’interdire. A défaut, il risque d’engager sa responsabilité en cas d’accident. Il en va ainsi du collaborateur qui jeûne alors qu’il travaille sur un échafaudage, par un temps caniculaire. Ce dernier risque de se déshydrater et de subir un accident professionnel.

Attention au licenciement
S’agissant des pratiques religieuses, le licenciement doit être manié avec précaution. En effet, l’abus n’est jamais loin.
Récemment, la justice bernoise s’est prononcée sur le licenciement d’une femme ayant refusé d’ôter son voile au travail. Le voile ne perturbait en rien le travail de cette dernière, de plus elle n’entretenait aucun contact avec des tiers. Le licenciement a été considéré comme abusif. La collaboratrice a eu droit à une indemnité de trois mois de salaire ainsi qu’à un dédommagement pour tort moral de CHF 8’000.—.

En bref

    La liberté religieuse est un droit garanti à toute personne. Jeûne, port du voile, signes ostentatoires, absences-prières… Quand l’employeur peut-il dire stop ? La liberté religieuse fait partie de la personnalité du travailleur que l’employeur doit respecter. Elle peut toutefois être limitée par le devoir de fidélité de l’employé.

Cet article développe les thèmes suivants :

  • liberté religieuse
  • protection de la personnalité des collaborateurs
  • obligations de l’employeur
  • devoir de diligence et de fidélité
  • limites à la liberté religieuse
  • voile et image de l’entreprise
  • jeûne et responsabilité de l’employeur
  • licenciement d’une collaboratrice voilée

 

Derniers articles parus

  • Conséquences juridiques du Covid-19
  • Santé et droit au mensonge lors de l'entretien d'embauche
  • Les restrictions au dossier personnel
  • Les aléas de la météo en droit du travail