La pause doit interrompre la journée de travail

Paru le 8 janvier 2015 dans 24 heures par Marianne Favre Moreillon

La Loi fédérale sur le travail (ci-après LTr) réglemente strictement les horaires des collaborateurs ainsi que leur temps de repos. Chaque jour, des pauses doivent être accordées aux travailleurs afin qu’ils puissent recharger leurs batteries et se restaurer. Garant de la protection de la santé des collaborateurs, l’employeur doit organiser des pauses et veiller à ce qu’elles soient prises.

L’article 15 LTr constitue la base légale principale en matière de pause. Elle stipule que « le travail sera interrompu par des pauses d’au moins un quart d’heure si la journée de travail dure plus de cinq heures et demie, une demi-heure si la journée dure plus de sept heures et une heure si la journée de travail dure plus de neuf heures ». En outre, une tranche de travail excédant cinq heures trente avant ou après une pause donne droit à une pause supplémentaire d’un quart d’heure (art.18 al. 2 de l’Ordonnance 1 relative à la loi sur le travail, ci-après OLT1).

L’employeur doit s’assurer que les travailleurs prennent leurs pauses. Il est en mesure de sommer les travailleurs qui ne les prennent pas de se conformer aux exigences légales. À défaut, l’employeur pourrait voir sa responsabilité engagée en cas d’accident ou de burn out.

Les exigences posées par l’article 15 LTr constituent des minimums légaux auxquels l’employeur peut déroger en faveur du travailleur. En d’autres termes, l’employeur est libre d’accorder un temps de repos plus long. Le contrat de travail ou le règlement d’entreprise préciseront la durée et les modalités de la pause.

La pause compte-elle comme temps de travail?
Lors de sa pause, le collaborateur est, en principe, libre de quitter sa place de travail et de disposer de ce temps à sa convenance. Il n’est alors pas à disposition de l’employeur durant cette période. De ce fait, la pause ne doit pas être considérée comme temps de travail.

Lorsque l’activité exige néanmoins que le collaborateur reste à sa place de travail durant sa pause, celle-ci doit être comptabilisée comme temps de travail et rémunérée. En effet, dans ce cas, le but de repos de la pause ne peut pas être atteint.

Par place de travail, il faut entendre tout endroit, dans ou hors des locaux de l’entreprise, où le travailleur se tient pour effectuer sa prestation de travail.

La pause est-elle obligatoire?
La pause a pour but le repos du collaborateur. Pour atteindre cet objectif, elle doit interrompre le travail en son milieu (art.18 al. 2 OLT 1). Cette exigence relève du droit public et est obligatoire. Les collaborateurs ne peuvent pas déplacer le moment de leur pause. Ils ne peuvent pas non plus partir plus tôt en fin de journée pour « rattraper » la pause de midi pendant laquelle ils ont travaillé, voire cumuler les pauses non prises pour bénéficier d’une demi-journée de congé.
 

Derniers articles parus

  • La fonction dirigeante élevée
  • Le télétravail, une liberté à double tranchant
  • Tenue vestimentaire: où s'arrête la liberté ?

Magnifique maison à louer dans les Cyclades