Soirée du personnel: gare aux dérapages!

Paru le 6 décembre 2013 dans PME Magazine par Marianne Favre Moreillon

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas, c’est l’occasion pour les collaborateurs de se détendre lors de la soirée du personnel. Toutefois, elle peut facilement dégénérer.

Quels comportements pour les collaborateurs?
Lors des fêtes d’entreprise, le collaborateur doit faire attention à son comportement. Il ne doit pas perdre de vue qu’il s’agit d’événements qui se déroulent dans le contexte professionnel, en présence de collègues et de supérieurs hiérarchiques. Il doit adapter son comportement à cet environnement. Il ne peut pas se laisser aller et oublier qu’il est, malgré l’événement, toujours dans le cadre de son travail.

Une consommation excessive d’alcool amène presque inévitablement à des débordements. Finir la soirée en dansant sur les tables, se dénuder, tutoyer son patron ou avoir des gestes déplacés envers des collègues de sexe féminin sont des comportements à proscrire. D’autant plus qu’ils seront souvent immortalisés avant de se retrouver sur les réseaux sociaux, voire sur le réseau interne de l’entreprise.

Ces situations peuvent avoir de graves conséquences sur l’avenir professionnel du collaborateur, mais aussi occasionner un dommage financier à l’employeur, ou ternir son image. Par conséquent, afin de ne pas violer son devoir de diligence et de fidélité, le collaborateur fera preuve d’une certaine retenue et adoptera un comportement adéquat.

Quels vêtements porter?
Le choix de ses vêtements par le collaborateur relève de la liberté d’expression. L’employeur doit autant que possible le respecter. Toutefois, les droits de la personnalité ne sont pas protégés de manière absolue dans la mesure où ils peuvent entrer en conflit avec des intérêts légitimes de l’employeur.

Le collaborateur doit ainsi adopter une tenue vestimentaire adaptée à une soirée. Il doit se rappeler qu’il s’agit d’un événement professionnel et éviter toute excentricité. Un jeans déchiré et un top transparent ne sont pas appropriés. Il en va de même d’une collaboratrice qui adopte une tenue sexy. De plus, dans ce cas, un collaborateur pourrait être tenté de lui murmurer des propos obscènes ou d’avoir des gestes déplacés. Ces actes peuvent être constitutifs de harcèlement sexuel.

Strictement prohibé au sein de l’entreprise, que ce soit pendant ou hors des heures de travail, l’employé auteur de ce comportement viole son devoir de fidélité et encoure de graves sanctions. De plus, la responsabilité de l’employeur peut être engagée.

Quelle est la responsabilité de l’employeur?
L’employeur est tenu de protéger la santé physique et psychique de ses collaborateurs. Il ne peut se contenter de rester passif. L’employeur diligent prendra les mesures qui s’imposent afin de prévenir les atteintes que le collaborateur peut subir et celles qu’il pourrait occasionner à ses collègues.

Lors du temps de travail et/ou dans les locaux de l’entreprise, l’employeur engagera sa responsabilité s’il ne prend pas les mesures adéquates pour interdire la consommation d’alcool.

En dehors du temps de travail, l’employeur n’est en principe pas responsable. Cependant, dans le cadre d’un événement qu’il organise, il verra sa responsabilité engagée s’il ne prend aucune mesure pour prévenir les dérapages. Ainsi, laisser un collaborateur sous l’emprise de l’alcool prendre la route peut engager sa responsabilité en cas d’accident. Il en va de même en cas de bagarre qui éclate lors de la soirée, faisant suite à des conflits latents entre collègues.

Quelles mesures l’employeur doit-il prendre?
L’employeur diligent prendra les mesures nécessaires pour éviter les débordements liés à l’alcool. Il proposera ainsi une quantité d’alcool raisonnable et proportionnelle au nombre de participants. Afin d’assurer la rentrée des collaborateurs, il pourra louer un bus, organiser un système de covoiturage, faire appel au nez rouge et mettre à disposition des tests d’alcoolémie. De plus, l’employeur gardera un œil vigilent sur l’ambiance de la soirée pour s’assurer que des comportements inadéquats ne surviennent pas.

Quel est l’intérêt de l’employeur?
La soirée de fin d’année représente une occasion de faire la fête pour le collaborateur, de découvrir une autre facette de ses collègues et de créer un réseau au sein de l’entreprise. Bien souvent, c’est l’occasion de renforcer la collaboration entre collègues, ce qui est primordial pour l’employeur. Les fêtes d’entreprise sont une reconnaissance pour le travail accompli au sein de l’entreprise.

En bref

    Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas, c’est l’occasion pour les collaborateurs de se détendre lors de la soirée du personnel. Toutefois, elle peut facilement dégénérer.

Cet article développe les thèmes suivants :

  • respect du devoir de diligence et de fidélité des collaborateurs durant la soirée du personnel
  • consommation excessive d’alcool et risques
  • tenue vestimentaire et risques de harcèlement sexuel
  • mesures pour prévenir les dérapages et les accidents
  • quantité d’alcool mise à disposition
  • moyens de transport après l’événement
  • intérêts de l’employeur d’organiser un événement

 

Derniers articles parus

  • Maternité au travail : ce qu’il faut savoir
  • La consommation d'alcool sur sur le lieu de travail

Magnifique maison à louer dans les Cyclades