Sport et travail: à la recherche de l’équilibre parfait

Paru le 5 février 2009 dans 24 heures par Marianne Favre Moreillon

La promotion du sport permet à l’employeur d’élargir son champ d’action pour assurer la bonne forme de ses collaborateurs. La loi l’astreint d’ailleurs à un devoir de protection dans ce domaine.

Plusieurs études internationales le prouvent: la pratique du sport a une influence directe sur le bien-être au travail et la santé de l’employé. Fortes de cette constatation, de plus en plus d’entreprises s’investissent pour la santé de leurs collaborateurs en encourageant la pratique du sport, que ce soit pendant ou en dehors du temps de travail. Elles ont en effet beaucoup à gagner à voir leur personnel en pleine forme: le taux d’absentéisme baisse, les employés se montrent plus flexibles et ils affichent une meilleure résistance au stress.

PROMOUVOIR LE SPORT, UNE FAÇON DE PROTÉGER LA SANTÉ
La promotion du sport permet à l’employeur d’élargir son champ d’action pour assurer la protection de la santé de ses collaborateurs. L’article 328 du Code des obligations l’astreint, en effet, à un devoir de protection de la santé de ses employés. Encourager un mode de vie plus actif apparaît, dès lors, comme un moyen d’y parvenir. Si certaines entreprises peuvent s’offrir le luxe d’installer des fitness dans leurs murs ou d’engager des coaches personnels à l’année, nul besoin toutefois de débloquer des sommes astronomiques pour encourager son personnel à bouger.

Les PME disposent de nombreux moyens pour favoriser la pratique du sport, elles peuvent, par exemple, offrir à leurs collaborateurs des réductions dans des centres de fitness ou des clubs sportifs. Autre solution: le recours ponctuel à des professionnels du sport pour enseigner des exercices particuliers ou s’occuper de groupes sportifs au sein de l’entreprise. A cet égard, le programme «Allez hop!» s’intègre parfaitement dans cette nouvelle tendance. Cette campagne nationale, lancée en 2001 et dont le but est de mettre en mouvement les personnes qui pratiquent peu ou pas d’activité physique, comprend désormais un volet destiné spécialement aux entreprises. Le sport s’intègre ainsi directement au sein de l’entreprise via ce programme.

LE SPORT, NOUVEAU MOTEUR POUR LA PRODUCTIVITÉ
Si la pratique d’une activité physique a une influence positive sur la santé et le bienêtre des employés, l’entreprise elle-même en tire aussi profit. En effet, le sport s’avère être un excellent vecteur pour renforcer l’esprit d’équipe et la culture d’entreprise. Les sociétés et les collectivités publiques sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à l’intégrer dans la gestion de leurs ressources humaines. Qu’il s’agisse de sports collectifs pour renforcer le travail en équipes ou de sports individuels pour développer le leadership chez les cadres et les pousser à être plus performants, chaque activité permet ainsi de contribuer à la bonne marche de l’entreprise.

ENCOURAGER LA PRATIQUE DU SPORT DE MANIÈRE PLUS CIBLÉE
La promotion n’est pas le seul moyen à disposition de l’employeur pour inciter ses collaborateurs à prendre le chemin des salles de sport. En effet, le même objectif peut être atteint de manière plus concrète et ciblée, notamment au travers de directives. L’employeur pourra par exemple insérer dans le règlement d’entreprise une clause d’aménagement d’horaires flexibles pour permettre aux employés de quitter le travail plus tôt un jour par semaine ou de bénéficier d’une pause plus longue à midi afin d’aller faire du sport.

Une pièce justificative – abonnement de fitness ou carte de membre, par exemple – pourra être exigée afin de s’assurer que l’employé consacre bien le temps libre qui lui est offert à la pratique d’un sport, et non pour aller faire du shopping. Inscrire clairement dans une directive ou dans le règlement d’entreprise les modalités de telles dérogations permet non seulement d’éviter qu’elles soient détournées de leur objectif initial – motiver les collaborateurs à bouger –, mais surtout de donner une meilleure visibilité à la promotion du sport au sein de l’entreprise même.
 

Derniers articles parus

  • Jusqu'où peut aller la prise de référence ?
  • Enregistrement du temps de travail: le SECO tente de simplifier
  • Pourquoi conclure un contrat de durée déterminée ?

Magnifique maison à louer dans les Cyclades