Vidéosurveillance sur le lieu de travail: open space

Paru le 8 juin 2011 dans 24 heures par Marianne Favre Moreillon

« Zones sensibles », thème développé le 1er juin dernier et pour lequel des conditions strictes doivent être respectées en cas d’utilisation de caméras. Aujourd’hui, lumière sur les bureaux open space au sein de l’entreprise.

Protection des travailleurs
La vidéosurveillance sur le lieu de travail, bien qu’efficace pour l’employeur, est très intrusive pour les collaborateurs. La présence de caméras peut gêner ces derniers, leur donner l’impression que le rapport de confiance qui les lie à l’employeur n’existe plus et détériorer l’ambiance générale de l’entreprise.

Ces appareils peuvent porter atteinte à la santé psychique et ainsi à l’aptitude au travail du personnel. L’installation de caméras n’est dès lors possible qu’à condition stricte que la personnalité des travailleurs soit respectée.

Surveillance des travailleurs
Installer des caméras afin d’éviter que ses collaborateurs ne commettent de délits est très tentant pour l’employeur. Mais attention, toute surveillance détaillée et permanente est interdite.

Lorsque l’employeur désire assurer la sécurité dans son entreprise, il doit tout d’abord se demander quel est le moyen le moins invasif permettant d’atteindre ce but. Dans le cas d’un atelier d’orfèvre au sein d’une société horlogère haute gamme, l’utilisation d’un détecteur de métaux à la sortie de l’atelier est préférable à des caméras.

Lorsque la vidéosurveillance apparaît comme le meilleur moyen de sécurité, il faut s’assurer qu’elle soit installée de telle sorte à ne pas nuire à la santé et à l’intégrité personnelle des travailleurs. La légitimité de la vidéosurveillance dans les bureaux varie au gré des circonstances.

Open space occupé par du personnel administratif
Prenons le cas d’un open space occupé uniquement par du personnel administratif et dans lequel aucune valeur patrimoniale n’est gérée. Dans ce type de situations, il est formellement interdit d’installer des caméras si elles fonctionnent aux heures où les collaborateurs peuvent s’y trouver.

Dans un tel espace, il semble en effet impossible d’orienter les caméras de telle sorte qu’elles ne soient pas dirigées sur l’un ou l’autre des travailleurs.

A l’inverse, du moment que le système ne fonctionne que lorsque les locaux sont vides, notamment la nuit et le week-end, la surveillance par caméra vidéo est en principe justifiée. Les équipements de surveillance sont alors installés pour des raisons de sécurité, en particulier pour prévenir des vols et autres dommages, et ne concernent pas le personnel.
 

Derniers articles parus

  • Jusqu'où peut aller la prise de référence ?
  • Enregistrement du temps de travail: le SECO tente de simplifier
  • Pourquoi conclure un contrat de durée déterminée ?

Magnifique maison à louer dans les Cyclades